Saint-Amand judo prévoit l’ouverture d’une antenne, l’année prochaine, à Épineuil-le-Fleuriel, où le club a tissé des liens avec les écoliers.

0

Publié par Alban | Classé dans Non classé | Publié le 19-04-2018

Les adhérents de Saint-Amand judo ont tenu leur assemblée générale au gymnase Baraton, samedi, en marge de la compétition organisée le week-end.

« C’est la dernière année de l’équipe dirigeante actuelle, qui devra être renouvelée en 2019. Avis aux amateurs ! », a prévenu Didier Béguet, président de ce club qui forme à la fois des cadres, des officiels et des judokas.

Après Valéry Malavieille et Christian Gerbaud, qui ont obtenu leur qualification de moniteur en 2016, Alban Masia, le professeur par ailleurs 3 e dan cette année, est en passe de réussir son diplôme d’État supérieur pour devenir expert de la discipline.

Six jeunes judokas ont été promus arbitres, alors que quatre autres ont décroché leur ceinture noire : Dolorès Gras, Thomas Legrand, Jordan Cavan et Gibril Belmadi.

Les résultats sportifs ont été satisfaisants, notamment avec Sylvain Lefèvre qui se hisse dans le top 12 des meilleurs judokas français, en junior.

Une découverte grâce aux NAP

Malgré un budget en équilibre, il faut encore compter sur les collectivités et partenaires privés en 2018, les autres revenus (calendriers, organisation des compétitions, cotisations) étant trop maigres pour les besoins du club. « Pour augmenter nos recettes, il faut augmenter le nombre d’adhérents, précise Didier Béguet. Or, avec 124 licenciés, notre effectif est stable. Nous devons donc chercher des licenciés, ce que nous allons faire en créant une antenne du club à Épineuil-le-Fleuriel. »

Saint-Amand judo espère une quinzaine de jeunes du primaire, dès l’année prochaine, à raison de deux heures par semaine, le mercredi matin. « Cela fait suite aux interventions d’Alban Masia dans le cadre des nouvelles activités périscolaires, qui disparaissent avec le retour à la semaine de quatre jours d’école. »

Concernant le dojo, le président regrette que « les nombreux et indispensables travaux d’entretien et de sécurité restent au point mort, tout comme le changement des tapis, pourtant programmé ».

FacebookTwitterGoogle+Partager/Marquer

Ecrire un commentaire